Sortie le 18 février 2019

Avec le N°4 des Cahiers, le premier tour de soleil sera fait. Le N°1 sortait en février 2018. Nous sommes en février 2019. Chers lecteurs merci.

Sortie le 18 février.

Sommaire prévu

 |   L’énergie fiéristique,

|   GRAND ENTRETIEN RECHERCHE AVEC NATHALIE FABRY , Economiste,

Tourisme d’affaires et Monde de l’Evènement

|   Sauve qui peut la plateforme : bienvenue dans l’économie mondiale,

|   RENCONTRE-USINE

EVENEMENT POINT ZERO

AVEC LAURENT TRIPIED, CEO de BZIIIT (Start UP),

EPISODE I – LE CES DE LAS VEGAS, PUISSANCE ET ENERGIE DES EVENEMENTS,

EPISODE II – LES REVELATIONS DE LA CAPTATION DIGITALE

EPISODE III – VISION DU MONDE DE L’EVENEMENT 

Dans ce N°4, Chers lecteurs, vous pourrez découvrir le travail d’une chercheuse, Nathalie Fabry, économiste, et à la tête notamment d’un Master sur l’Event Industry. Il s’agit surtout, grâce à l’entretien qu’elle nous a gentiment accordé, de faire sa connaissance. Les chercheuses et chercheurs qui s’aventurent sur de tels sujets ne sont pas grande colonie en France. Et la recherche commence par des rencontres. Si proche donc des Foires !

Et vous pourrez lire l’histoire d’une autre rencontre, avec Laurent Tripied, CEO d’une start up, BZIIIT, qui est en train d’inventer une sorte d’écoute phygitale dans l’événementiel combinant une captation digitale très serrée (et au-delà des simples réseaux sociaux) qui crée des images nouvelles sur ce qu’est l’événement et un regard de documentariste-acteur sur la réalité des événements et des pratiques. BZIIIT a pivoté sur l’événement parce que le digital ne parle vraiment que quand il y a ….des événements !!! Cette rencontre, nous l’avons appelé RENCONTRE-USINE : les lecteurs se laisseront embarquer à usiner leurs propres nouvelles idées.

Entre ces deux rencontres, vous trouverez deux articles. Le premier porte sur ce que nous avons appelé l’ENERGIE FIERISTIQUE, cette énergie qui donne envie d’aller au-delà des seules limites d’un salon et dans les batailles de l’actualité. Le second part du constat de la si faible présence des Foires et Salons dans les théories économiques modernes. Notre économie est bouleversée par des énormes plateformes, des marchés bifaces, « barbares » digitaux. Or les Foires et Salons sont aussi des PLATEFORMES et des marchés bifaces. N’y a-t-il pas là une voie pour saisir leur rôle de rouage essentiel dans notre monde et peut-être même pour y trouver des points de résistances, eux les petites plateformes transitoires et éphémères par milliers sur la planète, face aux monstres des plateformes milliardaires, microzones germinatives multiples vs macro(ama)zones monopolistiques ? Histoire de retrouver peut-être un certain sens des grands possibles dans les foires et salons.

Ensemble des CAHIERS ICI

 

Tag(s) : #LES CAHIERS

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :