L’architecture est un des grands domaines de la création et de la créativité, elle transforme notre vie. Et nous avons cette opportunité immense de voir les Parcs des expositions devenir des objets architecturaux de plus en plus reconnus, dessinés par les plus grands noms de l’architecture, en cours de dissémination large dans le monde, éléments structurants de l’urbain contemporain, du devenir des villes et de leurs liens les unes avec les autres. Partons donc à la quête du rôle majeur de levier d’innovation de l’architecture et de l’urbanisme dans notre filière.

Les transformations de nos formes d’habiter

L’une des grandes questions que posent les Foires, Salons et Congrès, comme tout « événement », est celle des transformations de nos modes d’habiter. Une partie croissante de la population mondiale habite aujourd’hui, de manière intermittente, en participant à des événements. Les événements eux-mêmes prennent largement une fonction rituelle et répétitive, créent des fidélités et des habitudes. Les événements nous permettent d’habiter notre temps moderne. Celui-là peut partir dans tous les sens, se fragmenter, s’accélérer, se fondre dans l’instant, être en voie de disparition, qu’importe, les Foires, Salons et Congrès produisent des repères temporels. Ils produisent des formes de temporalités : cycles, fusion de l’instant, ralentissement, effet papillon, communauté de temps (contemporanéité), mode d’être-là. Nous sommes des habitants, nous sommes des « habi-temps ». Les FSC interrogent aussi le sens des frontières, du dehors et du dedans, de l’abri et de l’ouvert, de l’urbain et du non-urbain. Nous faisons ce court détour pour simplement aboutir à toute l’attention que nous devons consacrer aux enjeux d’architectures dans les Foires, Salons et Congrès. Nous nous limiterons, parce qu’autrement le sujet est beaucoup trop grand pour nous, à l’architecture des parcs des expositions, et encore nous ne pourrons y porter qu’un regard simple.

Le statut ambigu de l’architecture des parcs des expositions

L’architecture des parcs des expositions semble avoir un statut ambigu au sein de la profession de l’événement, présente et absente, au cœur des enjeux et si loin des pensées et des visions. Certes et de manière incontournable, les grands projets architecturaux portent les stratégies de la profession et des investisseurs. Mais tout le grand flux des idées, des concepts, des mises en perspectives et des questionnements des architectes, leurs problématisations ne pénètrent pas assez, en tout cas de manière partagée et générale, entre les acteurs de la filière. Cherchez des travaux, des études sur l’architecture des parcs des expositions et leur rôle dans l’évolution de la filière. Vous ne trouverez que peu de choses. L’architecture la plus analysée semble celle des expositions universelles, peut-être parce que chaque espace des nations se pose par la force et la singularité du geste architectural et de son expression d’une langue et d’une culture ou parce que le rôle symbolique est principal et premier : la tour Eiffel, l’Atomium de Bruxelles, la Space Needle de Seattle[1].

 
  1. L’AUMA a publié un livre consacré au sujet en 2013 : Weltausstellungsarchitektur. Von Dr. Thomas Schriefers. Herausgegeben vom AUMA_Ausstellungs- und Messe-Ausschuss der Deutschen Wirtschaft. 432 Seiten, Rasch Verlag, Bramsche. ISBN 978-3-89946-202-9. Nous n’avons pas vu qu’aucune fédération ou union de la profession dans le monde ne se soit lancée dans un projet similaire sur les parcs des expositions. http://www.auma.de/de/DownloadsPublikationen/Seiten/Weltausstellungsarchitektur.aspx

Espoir technologique

Le thème de l’architecture ne vient pas spontanément ou rarement dans la bouche des professionnels de l’événement lorsqu’il s’agit d’innovation dans leur filière. Il peut toutefois y avoir sa place dans le cadre des avantages logistiques et pratiques du bâtiment : accessibilité, absence de colonnes dans les halls, qualité et quantité des toilettes, technologie digitale, climatisation, maîtrise de l’énergie, bilan carbone des bâtiments, …L’offre technique du bâtiment peut même devenir, pour certains, les plus rationnels, le domaine essentiel d’innovation de la profession, parce que nous ne sommes plus dans l’immatériel et le vaporeux. Le « moteur à explosion » était lui une réelle innovation, l’ensemble des variations d’organisation des manifestations semble parfois bien léger face aux ruptures technologiques de cette sorte. Le retour au bâtiment permet d’espérer enfin une innovation solide, « pour de vrai ». Le bâtiment nous conduit enfin à du technologique[1].

Rencontrer les architectes

Les architectes impliqués dans les projets sont peu connus au sein de la profession. Il existe un regard rétrospectif sur les architectes et leurs rôles dans l’histoire et la valorisation d’un parc des expositions. Il reste rare[2]. Il serait intéressant à l’inverse de savoir aujourd’hui quelle place tiennent les projets de parcs des expositions dans les réflexions et les évolutions des architectes qui s’y sont impliqués et dans le large spectre de leur production de projets culturels, de gares et d’aérogares, de musées, de stades, de bâtiments institutionnels, de tours, de ponts, d’hôpitaux, de centres de recherche et universitaires, de siège d’entreprise, d’hôtels, d’habitat collectif, de centres congrès bien sûr, etc…Ont-ils un intérêt nouveau pour ce type de projet, comment cela participe de leur réflexion sur les transformations urbaines, quels points communs et quelles différences avec leurs autres projets, quel regards sur les « habitants » spécifiques de leur projet, quels enseignements et perceptions de la profession de l’événement, et fondamentalement quel sens, selon eux, peuvent avoir les parcs des expositions, leur multiplication et  leur activité aujourd’hui ?

 

 

  1. La Foire de Frankfurt consacre une page de son site internet au sujet, citant les grands architectes et les styles incarnés dans ses bâtiments. Extrait : « International bekannte Architekten wie Helmut Jahn, Oswald M. Ungers, Nicholas Grimshaw oder Rainer Hascher und Sebastian Jehle prägen das Gesicht der Messe und verleihen dem Frankfurter Messegelände heute sein unverwechselbares Gesicht“. http://www.messefrankfurt.com/frankfurt/de/messe/messegelaende/design_architektur.html?nc

Les congrès d’architecture

Par un « pli » que les Foires, Salons et Congrès exercent sur bien des activités humaines, il faut aussi remarquer que l’architecture moderne et ses évolutions se sont construites en partie par l’intermédiaire de l’activité de l’événement. Nous savons, sans pouvoir aller plus loin, que les Congrès Internationaux de l’Architecture Moderne, les CIAM, ont joué un rôle déterminant dans la structuration de l’architecture et de l’urbanisme du 20ème siècle et sont encore des références. Tous les trois ans, l’Union International des Architectes organise son congrès. Notons pour le Congrès de 2005[1] à Istanbul le titre qui peut nous faire rêver : « cities : grand bazaar of architectureS », le mot foire est presque dit ! La ville est une foire d’architectures, est-ce aussi un modèle d’évolution de l’urbain au 21ème siècle. Il faudrait pouvoir discuter avec des architectes. En 1996, le congrès a lieu à Barcelone[2], avec pour titre « Présent et futurs. Architecture dans les villes ». Nous pouvons découvrir, dans le détail donné des champs d’investigation, deux d’entre eux qui éveillent particulièrement la curiosité et le désir de savoir : le premier, « Flux : architecture pour l'échange, construction autour de la mobilité, architectures temporaires » ; le deuxième, « Conteneurs : architectures pour les nouveaux rites urbains (musées, stades, centres commerciaux » (regrettons d’ailleurs que les mots « parcs des expositions » n’y soient pas).

Les salons et autres événements qui impliquent la communauté des architectes

Les événements organisés pour les architectes ou sur des sujets pour lesquels ils peuvent être un public ou des intervenants sont nombreux. Citons l’ensemble des Salons sur le bâtiment, la construction, la ville, le design. Quelle est la simple part du thème de l’habitat au sens le plus large dans le chiffre d’affaires de l’activité de Foires, Salons et Congrès ? En France, près de 50% de l’activité des parcs des expositions en province repose sur ce thème. Et nous pourrions dériver encore sur le sujet en observant les nombreuses idées, originalités, enseignements que nous pourrions tirer des manifestations dans lesquelles est impliqué le monde des architectes. Prenons le dernier exemple de la série des salons architect@work[1], qui offre une installation extrêmement désignée, avec une attention très précise à des espaces communs de rencontres et le choix parallèle de stands identiques et de même surface pour tous, grands ou petits exposants. Enfin, mais nous n’aborderons ce sujet que plus tard, dans la partie dédiée à l’architecture des manifestations elles-mêmes, les architectes sont nombreux dans la création de stands et d’espaces dans les manifestations, voire – mais bien plus rarement – dans l’urbanisation des manifestations.

 

Le terrain est donc extrêmement favorable pour placer l’architecture parmi les très grands leviers d’innovation et de transformations dans les FSC. Les opportunités d’échanges, de travaux sur les idées, les dispositifs et les pratiques semblent peu limitées.

 

Afin de participer à notre échelle à placer l’architecture parmi les axes majeurs d’innovation au sein de la filière, nous avons rassemblés dans une première partie les noms de plus d’une vingtaine de cabinets d’architectes, dont certains parmi les plus fameux, impliqués dans des projets de parcs des expositions ces vingt dernières années. Cela représente plus d’une cinquantaine de projets. Ce simple travail n’existait pas, il permet de « sentir » la richesse existante, même si notre analyse n’est pas exhaustive et reste schématique.

Nous avons ensuite recensé, à partir des présentations brèves des projets donnés sur les sites des cabinets d’architectes, les grandes catégories de discours. Cela permet de se tenir à la porte des idées possibles, des terrains d’échanges qui pourraient se développer entre les architectes et la profession de l’événement.

Se parler, comme d’habitude

Au fond il n’est pas sûr que les architectes, urbanistes et professionnels des foires, salons et congrès se parlent assez. Ils ont sans doute déjà à faire plus ample connaissance. Il semble que l’opportunité est double :

  • Intégrer plus profondément les enjeux et questionnement architecturaux et urbanistiques dans les réflexions et développements innovants de la profession de l’événement,
  • Créer aussi à l’inverse une opportunité de nouvelles réflexions architecturales à partir d’échanges avec les professionnels de l’événement.

 

(extrait du Livre Blanc, Partie 5, NUNDINOGRAPHIE, RDI, III. B. PLAN INNOVATION QUATRE 2. Architecture Intro)

 
  1. http://www.architectatwork.fr/, Nous devons notre attention à cet exemple à Patrice Perret de la société INFORA qui ne manque que rarement une occasion de le citer.
Tag(s) : #Architecture, urbanisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :